Quand la parité n'est pas contrainte, le naturel revient au galop au parc du Vercors

oct 25, 2016 / 0 comments

Ce 15 octobre dernier, le comité syndical du parc du Vercors s'était réuni pour élire un nouveau président à sa tête. Sur une équipe exécutive de 10 personnes, une seule femme, Virginie Pfanner, élue au poste de vice-présidente de la relation au territoire. Cela représente 10% et c'est loin de représenter la parité qu'on nous promet depuis des années. Il est intéressant de remarquer également qu'elle occupe le poste lié à la communication et au relationnel avec l'habitant, domaine dans lequel les rares femmes participant aux grandes décisions (que ce soit en politique ou en entreprise) sont reléguées. Pas vraiment de modernité alors à la présidence du parc du Vercors. Un retour en arrière même si on se souvient que l'ancien dirigeant du parc était... Une femme ! Le mandat de Catherine Brette, militante écologique aurait dû se poursuivre jusqu'en 2020 mais c'était sans compter la nouvelle majorité LR (Les Républicains) qui, à force d'étranglements financiers et de pression morale ont poussé la présidente à renoncer à son mandat au 1er septembre 2016. Elle vient donc tout juste d'être remplacée par Jacques Adenot.

En 2014, le parc naturel du Vercors fait office de rétrograde et ne reflète en rien la diversité des habitants de la région. Cela est bien dommage quand on sait que si nos campagnes vivent encore, c'est grâce aux femmes qui y restent.

Bibliographie  : L'observatoire des inégalités 
Image : Ici
F.B
Notre billet vous a intéressé ? N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à continuer le débat sur notre page Facebook

Comments (0)

Leave a comment

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.