La liberté d'expression en Turquie. , une avocate grenobloise témoigne

mar 24, 2016 / 0 comments

Une grenobloise, membre de Défense Sans Frontière Avocats Solidaires, vient de rentrer d’Istanbul où elle devait suivre, comme avocat et observateur européen, le procès concernant des avocats qui ont été incarcérés pendant plusieurs mois, du seul fait d'avoir exercé leur métier, et plaidé pour des opposants au régime, et notamment des Kurdes. 
"La liberté d’expression est pour le moins au goût du jour en Turquie…
Le procès n’a pu se tenir car les avocats de ces avocats ont eux-mêmes été mis en garde à vue la veille du procès, et la veille du sommet de Bruxelles…
On musèle la défense.
On musèle les journalistes (plusieurs journaux d’opposition ont été mis sous tutelle) 
On musèle les intellectuels, notamment les universitaires qui sont harcelés et menacés.
Toutes ces libertés muselées violemment, ont fait que le 17, un attentat suicide a eu lieu dans la rue Istikal, rue centrale, la plus fréquentée d’Istanbul.
Mais nos dirigeants européens nous disent que la Turquie est un pays sûr et que nous pouvons lui confier les yeux fermés les réfugiés syriens…"

 

Comments (0)

Leave a comment

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.